3 jours pour échanger sur la restauration et la valorisation des écosystèmes ou des d’infrastructures naturelles pour réduire les risques climatiques auxquels les pays du Nord et du Sud sont confrontés.

Le programme en un clin d'oeil

mercredi 20 septembre

Matinée Plénière d’ouverture
Plénière « érosion côtière »
Plénière « inondations »
Après-midi Groupes de travail

jeudi 21 septembre

Matinée Plénière « Sécheresse & érosion des sols »
Plénière « Pressions sur les ressources – Bassin versant »
Après-midi Session Posters
Restitution des groupes de travail
Plénière de clôture
Cocktail

vendredi 22 septembre

Matinée 2 visites de terrain au choix
Après-midi Libre

Programme détaillé

9h-9h30 Café d’accueil et enregistrement aux groupes de travail
9h30-9h40 Allocution d’ouverture

  • Nicolas HULOT, Ministre d’Etat, Ministre de la Transition écologique et solidaire (sous réserve)
  • François SAUVADET, Ancien Ministre, président du Conseil départemental de la Côte d’Or et président du Comité de bassin Seine-Normandie
  • Célia BLAUEL, Maire-Adjointe à la ville de Paris, Présidente d’Eau de Paris, et vice-Présidente du Partenariat Français pour l’Eau
9h40-10h30 Plénière d’ouverture
La gestion des risques par les écosystèmes : au cœur d’un changement de modèle ?
La hausse généralisée des températures, la montée du niveau marin, le changement des régimes des pluies et l’augmentation de la fréquence des événements extrêmes sont des phénomènes sur lesquels la communauté scientifique s’accorde assez largement. Les « solutions fondées sur la nature » permettent la préservation d’écosystèmes sains, fonctionnels et diversifiés tout en offrant une multitude de services écosystémiques dont l’atténuation du changement climatique et la réduction des risques naturels (notamment les risques liés à l’eau tels que les sécheresses, les inondations, ou encore l’érosion des sols…). Ces solutions, encore peu connues aujourd’hui, nécessitent un suivi particulier pour mieux analyser les résultats en termes de préservation de la biodiversité et de réponse aux risques naturels, ce qui permettra d’apporter la preuve de leur efficacité. Avec ces techniques plus naturelles et douces, sommes-nous en train de révolutionner notre manière de gérer les risques ?
Avec  la participation de :

  • Gilles BŒUF, Président du Conseil Scientifique de l’Agence Française pour la Biodiversité, Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, Chargé de missions au Muséum national d’Histoire naturelle
  • Hilde EGGERMONT, Chercheuse à l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique, Coordinatrice de la Plateforme belge pour la biodiversité
  • Gaël GIRAUD, Economiste en chef, Agence Française de Développement
  • Blanca JIMENEZ CISNEROS, Directrice de la division des sciences de l’eau, Secrétaire du Programme Hydrologique International à l’UNESCO
  • Sébastien MONCORPS, Président-Directeur, Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature

Modératrice : Sarah FEUILLETTE, Cheffe de service prospective, évaluation et planification à l’Agence de l’Eau Seine-Normandie

10h30-11h30 Des solutions pour atténuer l’érosion côtière
L’élévation du niveau marin, l’augmentation des fréquences des tempêtes, la baisse des apports sédimentaires aux embouchures  des fleuves, associés à l’artificialisation des côtes et à la subsidence de certaines villes, sont autant de facteurs qui accroissent la vulnérabilité du littoral. Les projets présentés permettent de comprendre comment rendre les populations plus résilientes et préserver certains usages face à la force érosive et à la montée de la mer.
Grand témoin : à venir
Etudes de cas :

11h30-11h45 Pause
11h45-13h15 Des solutions pour prévenir les inondations
L’augmentation des fortes pluies dans certaines régions et la progression du niveau marin, entraînent des inondations, des ruissellements plus importants et des coulées de boues voire des glissements de terrain, accentuées par l’imperméabilisation des sols urbains ou agricoles. Les retours d’expériences présentés mettent en lumière les nombreux services rendus par les  zones humides ; notamment leur rôle de régulation des inondations.
Grand témoin : Pascal BREIL, Chercheur à l’IRSTEA et membre du Programme Hydrologie International de l’UNESCO
Etudes de cas :

13h15-14h15 Déjeuner
14h15-18h Groupes de travail
L’objectif de ces groupes de travail est de définir les enjeux de gestion des risques naturels d’un territoire fictif, d’identifier une (ou des) solutions permettant de répondre à ces enjeux et de comprendre les principaux freins et leviers de mise en œuvre. Sous l’animation d’experts du domaine, chaque groupe travaillera à des propositions concrètes pour contribuer au débat sur le développement de solutions fondées sur la nature pour faire face aux risques naturels liés à l’eau du territoire étudié. Les résultats seront présentés le jeudi 21 septembre après-midi.

  • Groupe de travail 1 : Territoire urbain soumis à risques inondations en Afrique
    • Animateurs :
      • Christophe LE JALLE, pSEau
      • Thomas LE JEUNE, GRET
      • Freddy REY, IRSTEA
  • Groupe de travail 2 : Territoire urbain soumis à risques submersion en Asie
    • Animateurs :
      • Nicolas GRATIOT, Centre Asiatique de Recherche sur l’Eau
      • Alexandre MAGNAN, IDDRI
      • Nicolas MARILLEAU, IRD
  • Groupe de travail 3 : Territoire rural soumis aux sécheresses et aux érosions en région méditerranéenne
    • Animateurs :
      • Zacharie MECHALI, AFD
      • Rémi TOURON, Agence de l’eau Rhône Méditerranée & Corse

9h-9h30 Café d’accueil
9h30-11h Des solutions pour combattre la sécheresse et l’érosion des sols dans l’agriculture
La dégradation des terres et les changements dans le régime des pluies font peser de lourdes menaces sur la sécurité alimentaire dans de nombreux pays. Les projets  proposés mettent en avant  des pratiques agronomiques soucieuses de préserver les sols et les ressources en eau permettant de concilier des rendements agricoles satisfaisants et la préservation des écosystèmes, en vue de nourrir les populations et d’offrir des bénéfices multiples pour les territoires.
Grand témoin : Khatim KHERRAZ , Secrétaire exécutif de l’Observatoire du Sahara et du Sahel
Etudes de cas :

11h-11h30 Pause
11h30-13h15 Des solutions pour limiter les pressions sur les ressources en eau à l’échelle des bassins versants
Dans un certain nombre de régions du monde, les tensions quantitatives et qualitatives sur les ressources en eau, aggravées par les changements climatiques, ne permettent pas de satisfaire l’association de différents usages : domestiques, agricoles, industriels et énergétiques des territoires. Les solutions présentées concilient ces différents usages dans une gestion intégrée des ressources en eau et préservent les ressources en reboisant le bassin versant, en stabilisant les berges ou encore en développant des pratiques agro écologiques.
Grand témoin : Marc BENOIT, Directeur de recherches à l’INRA et membre du conseil scientifique de l’Agence de l’eau Seine-Normandie
Etudes de cas :

13h15-14h15 Déjeuner
14h15-15h30 Session posters
Une dizaine de projets seront présentés, suivi d’échanges libres avec les participants.

15h30-16h30 Restitutions ateliers
16h30-17h30 Plénière de clôture
Quelle place pour la biodiversité dans l’action climatique ?
L’Accord de Paris consacre l’importance de préserver l’intégrité des écosystèmes et lie intrinsèquement l’adaptation des populations aux changements climatiques à la résilience des écosystèmes. Si les changements climatiques sont une des menaces qui pèsent sur la biodiversité, les écosystèmes ne sont pas seulement des victimes de ce bouleversement : ils font également partie des solutions. Il apparait donc important d’intégrer davantage la biodiversité dans les objectifs et dans les actions climatiques menées aux niveaux local, national et international.  Une approche de la gestion des risques naturels par des solutions fondées sur la nature permettrait de répondre au double défi : changement climatique et préservation de la biodiversité. Comment ces solutions sont-elles perçues par les décideurs et les opérationnels ? Comment renforcer la place de la biodiversité dans les stratégies climatiques ?
Avec la participation de :

  • Esther DELBOURG, Cheffe de service regulation, durabilité et assurance prévisionnelle du Groupe AXA
  • Kathleen DOMINIQUE, Economiste environnement à l’OCDE
  • Martin GRAMBOW, Directeur de l’eau, Ministère de l’environnement et de la santé publique de Bavière (sous réserve)
  • Daniel TSEGAI, Responsable du programme sécheresse pour la Convention cadre des Nations Unies pour la lutte contre la désertification

Modérateur : Yann LAURANS, Directeur du programme biodiversité de l’IDDRI

17h30-17h45 Allocution de clôture

  • Patricia BLANC, Directrice Générale de l’Agence de l’eau Seine Normandie
  • Paul MICHELET, Directeur Général adjoint de l’Agence Française de Biodiversité
  • Sébastien TREYER, Directeur des programmes de l’IDDRI
à partir de 18h Cocktail

9h-13h Visites de terrain
Visite 1 :  Gestion à la source des eaux pluviales en milieu urbain – Aménagement d’hydraulique douce à Asnières (92)
La ville d’Asnières-sur-Seine a sollicité l’AESN pour une aide à la mise en oeuvre d’une gestion alternative des eaux pluviales issues des voiries et trottoirs des abords de l’Hôtel de Ville. L’objectif est de supprimer les apports d’eau en temps de pluie vers le réseau unitaire. Le projet consiste en la désimperméabilisation de 64 % de la surface du parvis, par la création de noues infiltrantes et l’augmentation de la surface d’espaces verts.
Visite 2 : Restauration et gestion durable d’un milieu humide – Marais d’Episy (77)
Formé d’une mosaïque originale : étang, prairie humide et surtout d’une tourbière et d’une roselière, cette aire protégée est labellisée au titre de la Liste verte de l’UICN et accueille une biodiversité unique en Ile-de-France. DLe Marais fonctionne comme une éponge, permettant de pondérer l’écoulement des eaux de la nappe phréatique et de restituer l’eau une fois purifiée et débarrassée de ses polluants et constituants chimiques.
Site Internet : http://foret-fontainebleau.over-blog.net/article-l-espace-naturel-sensible-du-marais-d-episy-47079158.html